Scandinavie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Scandinavie

Photo de la péninsule fennoscandienne et du Danemark, ainsi que d'autres régions entourant la mer Baltique, en mars 2002.
Photo de la péninsule fennoscandienne et du Danemark, ainsi que d'autres régions entourant la mer Baltique, en mars 2002.
Langues
Démonyme (s)scandinave
Composition Danemark Norvège Suède [3] Parfois aussi: Îles Åland Îles Féroé Finlande Islande [a]
 
 

 
 
 
 

Territoires nordiques qui ne font pas partie de la Scandinavie:

 Île Bouvet Groenland Jan Mayen Svalbard
 
 
 
TLD Internet
  • .dk , .no , .se
  • .ax , .fi , .fo , .gl , .is , .sj

Scandinavie [b] ( / ˌ s k æ n d ɪ n eɪ v i ə / SKAN -dih- NAY -VEE-ə ) est une sous - région en Europe du Nord , avec de forts liens historiques, culturels et linguistiques. Le terme Scandinavie dans l'usage local couvre les trois royaumes du Danemark , de la Norvège et de la Suède . Les langues nationales majoritaires de ces trois appartiennent au continuum dialectal scandinave et sont mutuellement intelligibles. Langues germaniques du nord . [4]

Dans l'usage anglais, la Scandinavie se réfère parfois aussi plus étroitement à la péninsule scandinave , ou plus largement de manière à inclure les îles Åland , les îles Féroé , la Finlande et l' Islande . [3] [a]

La définition plus large est similaire à ce que l'on appelle localement les pays nordiques , qui comprennent également les îles norvégiennes éloignées de Svalbard et Jan Mayen et le Groenland , un pays constitutif du Royaume du Danemark. [5]

Géographie [ modifier ]

Galdhøpiggen est le point culminant de la Scandinavie et fait partie des montagnes scandinaves .

La géographie de la Scandinavie est extrêmement variée. Les fjords norvégiens , les montagnes scandinaves , les zones basses et plates du Danemark et les archipels de Suède et de Norvège sont remarquables . La Suède compte de nombreux lacs et moraines , héritages de l' ère glaciaire , qui s'est terminée il y a une dizaine de millénaires.

Les régions du sud et de loin les plus peuplées de la Scandinavie ont un climat tempéré . La Scandinavie s'étend au nord du cercle polaire arctique , mais a un temps relativement doux pour sa latitude en raison du Gulf Stream . De nombreuses montagnes scandinaves ont un climat de toundra alpine .

Le climat varie du nord au sud et d'ouest en est: un climat marin de la côte ouest ( Cfb ) typique de l'Europe occidentale domine au Danemark, dans la partie la plus méridionale de la Suède et le long de la côte ouest de la Norvège atteignant le nord à 65 ° N, avec un ascenseur orographique donnant plus de mm / an de précipitations (<5000 mm) dans certaines régions de l'ouest de la Norvège. La partie centrale - d' Oslo à Stockholm - a un climat continental humide (Dfb), qui cède progressivement la place au climat subarctique (Dfc) plus au nord et au climat marin frais de la côte ouest (Cfc) le long de la côte nord-ouest. [6] Une petite zone le long de la côte nord à l'est du Cap Norda un climat de toundra (Et) en raison d'un manque de chaleur estivale. Les montagnes scandinaves bloquent l'air doux et humide venant du sud-ouest, ainsi le nord de la Suède et le plateau de Finnmarksvidda en Norvège reçoivent peu de précipitations et ont des hivers froids. De vastes zones des montagnes scandinaves ont un climat de toundra alpine .

La température la plus chaude jamais enregistrée en Scandinavie est de 38,0 ° C à Målilla (Suède). [7] La température la plus froide jamais enregistrée est -52,6 ° C à Vuoggatjålme , Arjeplog (Suède). [8] Le mois le plus froid a été février 1985 à Vittangi (Suède) avec une moyenne de -27,2 ° C. [8]

Les vents du sud-ouest, encore réchauffés par le vent foehn, peuvent donner des températures chaudes dans les fjords norvégiens étroits en hiver. Tafjord a enregistré 17,9 ° C en janvier et Sunndal 18,9 ° C en février.

Étymologie [ modifier ]

La Scandinavie faisait à l'origine référence vaguement à Scania , une région autrefois danoise devenue suédoise au XVIIe siècle.
Les zones d'origine habitées (à l'âge du bronze) par les peuples maintenant connus sous le nom de Scandinaves comprenaient ce qui est maintenant le nord de l'Allemagne (en particulier le Schleswig-Holstein ), tout le Danemark, le sud de la Suède et la côte sud de la Norvège tandis que l'homonyme Scania se trouvait au centre. .

On pense que les mots Scandinavie et Scania ( Skåne , la province la plus au sud de la Suède) remontent au composé proto-germanique * Skaðin-awjō (le ð représenté en latin par t ou d ), qui apparaît plus tard en vieil anglais sous le nom de Scedenig et en vieux norrois comme Skáney . [9] La première source identifiée pour le nom Scandinavie est Pline l'Ancien d » histoire naturelle , en date du Ier siècle après JC.

Diverses références à la région peuvent également être trouvées dans Pytheas , Pomponius Mela , Tacitus , Ptolemy , Procopius et Jordanes , généralement sous la forme de Scandza . On pense que le nom utilisé par Pline peut être d' origine germanique occidentale , désignant à l'origine Scania. [10] Selon certains érudits, la racine germanique peut être reconstruite comme * skaðan- et signifiant «danger» ou «dommage». [11] Le deuxième segment du nom a été reconstruit comme * awjō , signifiant "terre sur l'eau" ou "île". Le nomLa Scandinavie signifierait alors «île dangereuse», ce qui est considéré comme faisant référence aux bancs de sable perfides entourant Scania. [11] Skanör en Scania, avec son long récif de Falsterbo, a la même tige ( skan ) combinée avec - ör , qui signifie "bancs de sable".

Alternativement, Sca (n) dinavia et Skáney , ainsi que le nom de la déesse vieux norrois Skaði , peuvent être liés au proto-germanique * skaðwa- (qui signifie «ombre»). John McKinnell commente que cette étymologie suggère que la déesse Skaði a peut-être été une personnification de la région géographique de la Scandinavie ou associée aux enfers. [12]

Une autre possibilité est que tout ou partie des segments du nom proviennent du peuple mésolithique pré-germanique habitant la région. [13] Dans la modernité, la Scandinavie est une péninsule, mais entre environ 10 300 et 9 500 ans, la partie sud de la Scandinavie était une île séparée de la péninsule nord, avec de l'eau sortant de la mer Baltique par la zone où se trouve maintenant Stockholm . [14] En conséquence, certains érudits basques ont présenté l'idée que le segment sk qui apparaît dans * Skaðinawjō est lié au nom des peuples Euzko , apparenté aux Basques, qui peuplaientEurope paléolithique . Selon un chercheur, les Scandinaves partagent des marqueurs génétiques particuliers avec le peuple basque . [13] [ source non fiable? ]

Apparence dans les langues germaniques médiévales [ modifier ]

Les noms latins dans le texte de Pline ont donné lieu à différentes formes dans les textes germaniques médiévaux. Dans l'histoire des Goths de Jordanes (551 après JC), la forme Scandza est le nom utilisé pour leur maison d'origine, séparée par la mer de la terre d'Europe (chapitre 1, 4). [15] Où Jordanes a voulu localiser cette île quasi-légendaire est encore une question chaudement débattue, à la fois dans les discussions savantes et dans le discours nationaliste de divers pays européens. [16] [17] La forme Scadinavia comme la maison originale des Langobards apparaît dans l' Historia Langobardorum de Paulus Diaconus , [18]mais dans d'autres versions de l' Historia Langobardorum apparaissent les formes Scadan , Scandanan , Scadanan et Scatenauge . [19] Les sources franques ont utilisé Sconaowe et Aethelweard , un historien anglo-saxon, a utilisé Scani . [20] [21] Dans Beowulf , les formes Scedenige et Scedeland sont utilisées tandis que la traduction Alfredian des comptes de voyage d' Orosius et de Wulfstan a utilisé le Vieux Sconeg anglais .[21]

Influence possible sur Sami [ modifier ]

Les premiers textes sami yoik écrits se réfèrent au monde comme Skadesi-suolo (sami du nord) et Skađsuâl (sami oriental), signifiant « l'île de Skaði ». Svennung considère que le nom sami a été introduit comme un mot emprunté aux langues germaniques du nord ; [22] " Skaði " est la belle-mère géante de Freyr et Freyja dans la mythologie nordique . Il a été suggéré que Skaði est dans une certaine mesure calqué sur une femme sami. Le nom du père de Skade, Thjazi, est connu en sami sous le nom de Čáhci, "le waterman"; et son fils avec Odin, Saeming , peut être interprété comme un descendant de Saam, la population Sami. [23] [24] Les textes plus anciens de joik donnent la preuve de la vieille croyance Sami au sujet de la vie sur une île et déclarent que le loup est connu comme suolu gievra , signifiant "le plus fort sur l'île". Le nom de lieu sami Sulliidčielbma signifie "le seuil de l'île" et Suoločielgi signifie "le dos de l'île".

Dans des études récentes sur le substrat , des linguistes samis ont examiné le cluster initial sk - dans les mots utilisés en sami et ont conclu que sk - est une structure phonotactique d'origine extraterrestre. [25]

Réintroduction du terme Scandinavie au XVIIIe siècle [ modifier ]

Scandinavisme - un Norvégien, un Danois et un Suédois. Cette image est considérée comme emblématique du scandinavisme et est largement utilisée dans les manuels scolaires scandinaves [ citation nécessaire ]

Bien que le terme Scandinavie utilisé par Pline l'Ancien trouve probablement son origine dans les anciennes langues germaniques, la forme moderne Scandinavie ne descend pas directement de l'ancien terme germanique. Au contraire, le mot a été utilisé en Europe par des érudits empruntant le terme à des sources anciennes comme Pline, et a été utilisé vaguement pour Scania et la région sud de la péninsule. [26]

Le terme a été popularisé par le mouvement scandinave linguistique et culturel , qui a affirmé l'héritage commun et l'unité culturelle des pays scandinaves et a pris de l'importance dans les années 1830. [26] L'usage populaire du terme en Suède, au Danemark et en Norvège comme concept unificateur s'est établi au dix-neuvième siècle à travers des poèmes tels que "Je suis scandinave" de Hans Christian Andersen de 1839. Après une visite en Suède, Andersen est devenu un partisan du scandinavisme politique précoce. Dans une lettre décrivant le poème à un ami, il écrit: «Tout à coup, j'ai compris à quel point les Suédois, les Danois et les Norvégiens sont liés, et avec ce sentiment j'ai écrit le poème immédiatement après mon retour:« Nous sommes un seul peuple, nous sommes appelés Scandinaves! '".

L'influence du scandinavisme en tant que mouvement politique scandinave culmine au milieu du XIXe siècle, entre la première guerre du Schleswig (1848–1850) et la seconde guerre du Schleswig (1864).

Le roi suédois a également proposé une unification du Danemark, de la Norvège et de la Suède en un seul royaume uni. Le contexte de la proposition était les événements tumultueux des guerres napoléoniennes au début du siècle. Cette guerre a abouti à la Finlande (anciennement le tiers oriental de la Suède) devenant le Grand-Duché russe de Finlande en 1809 et la Norvège ( de jure en union avec le Danemark depuis 1387, bien que de facto traitée comme une province) devenant indépendante en 1814, mais par la suite rapidement forcé d'accepter une union personnelle avec la Suède. Les territoires dépendants de l'Islande, des îles Féroé et du Groenland, qui faisaient historiquement partie de la Norvège, sont restés avec le Danemark conformément à laTraité de Kiel . La Suède et la Norvège étaient ainsi unies sous le monarque suédois, mais l'inclusion de la Finlande dans l' Empire russe excluait toute possibilité d'une union politique entre la Finlande et l'un des autres pays nordiques.

La fin du mouvement politique scandinave est venue lorsque le Danemark s'est vu refuser le soutien militaire promis par la Suède et la Norvège pour annexer le duché (danois) de Schleswig , qui, avec le duché (allemand) de Holstein, était en union personnelle avec le Danemark. La Seconde guerre du Schleswig a suivi en 1864, une guerre brève mais désastreuse entre le Danemark et la Prusse (soutenue par l'Autriche). Le Schleswig-Holstein a été conquis par la Prusse et après le succès de la Prusse dans la guerre franco-prussienne, un empire allemand dirigé par la Prusse a été créé et un nouvel équilibre des pouvoirs des pays de la mer Baltiquea été établi. L' Union monétaire scandinave , établie en 1873, a duré jusqu'à la Première Guerre mondiale .

Utilisation des pays nordiques contre la Scandinavie [ modifier ]

  Scandinavie selon la définition locale
  L'utilisation étendue en anglais, qui comprend l'Islande et les îles Féroé, les îles Åland et la Finlande

Le terme Scandinavie (parfois spécifié en anglais comme Scandinavie continentale ou Scandinavie continentale ) est couramment utilisé strictement pour le Danemark, la Norvège et la Suède en tant que sous-ensemble des pays nordiques (connus en norvégien, danois et suédois sous le nom de Norden ; finnois : Pohjoismaat , islandais : Norðurlöndin , féroïen : Norðurlond ). [27]

Cependant, dans l'usage anglais, le terme Scandinavie est parfois utilisé comme synonyme ou quasi-synonyme de pays nordiques . [5] [28] [29] [30] [31] [32] [33] [34] [35] [36]

Le débat sur le sens le plus approprié est compliqué par le fait que l'usage en anglais est différent de l'usage dans les langues scandinaves elles-mêmes (qui utilisent la Scandinavie au sens étroit), et par le fait que la question de savoir si un pays appartient à la Scandinavie est politisé: les gens du monde nordique au-delà de la Norvège, du Danemark et de la Suède peuvent être offensés d'être inclus ou exclus de la catégorie «Scandinavie». [37]

Les pays nordiques sont utilisés sans ambiguïté pour le Danemark, la Norvège, la Suède, la Finlande et l'Islande, y compris leurs territoires associés (Svalbard, [la citation nécessaire ] Groenland, les îles Féroé et les îles Åland). [5]

En plus des pays scandinaves continentaux de:

  •  Danemark ( monarchie constitutionnelle avec un système parlementaire )
  •  Norvège ( monarchie constitutionnelle avec un système parlementaire )
  •  Suède ( monarchie constitutionnelle avec un système parlementaire )

Les pays nordiques se composent également de:

  •  Finlande ( république parlementaire )
  •  Islande ( république parlementaire )
  •  Îles Åland (une province autonome de Finlande depuis 1920)
  •  Îles Féroé (un territoire autonome au sein du Royaume du Danemark ( L'unité du royaume ) , autonome depuis 1948)
  •  Groenland (un territoire autonome au sein du Royaume du Danemark ( L'unité du royaume ) , autogéré depuis 1979)
  •  Jan Mayen , qui est sous souveraineté norvégienne, n'est pas considéré comme faisant partie de la Scandinavie en tant que région historico-culturelle, mais comme faisant partie du Royaume de Norvège.
  •  Le Svalbard , qui est sous souveraineté norvégienne, n'est pas considéré comme faisant partie de la Scandinavie en tant que région historico-culturelle, mais comme faisant partie du Royaume de Norvège (depuis 1925). Il fait partie des pays nordiques (Norden).

L'exemple le plus clair de l'utilisation du terme Scandinavie comme construction politique et sociétale est la position unique de la Finlande , basée en grande partie sur le fait que la majeure partie de la Finlande moderne a fait partie de la Suède pendant plus de six siècles (voir: Finland under Swedish règle ), donc à une grande partie du monde associant la Finlande à toute la Scandinavie. Mais la création d'une identité finlandaise est unique dans la région en ce qu'elle s'est formée en relation avec deux modèles impériaux différents, le suédois [38] et le russe. [39] [40] [41]

Il y a aussi le terme géologique Fennoscandia (parfois Fennoscandinavia ), qui dans l'usage technique se réfère au Bouclier Fennoscandien (ou Bouclier Baltique ), c'est-à-dire la péninsule scandinave (Norvège et Suède), la Finlande et la Carélie (à l'exclusion du Danemark et d'autres parties du Monde nordique). Les termes Fennoscandia et Fennoscandinavia sont parfois utilisés dans un sens politique plus large pour désigner la Norvège, la Suède, le Danemark et la Finlande. [42]

Scandinave comme un terme ethnique et comme gentilé [ modifier ]

Le terme scandinave peut être utilisé avec deux significations principales, dans un sens ethnique ou culturel et comme démonyme moderne et plus inclusif .

En tant que terme ethnique ou culturel

Au sens ethnique ou culturel, le terme «scandinave» désigne traditionnellement les locuteurs de langues scandinaves , qui sont principalement les descendants des peuples historiquement connus sous le nom de Norsemen , mais aussi dans une certaine mesure d'immigrants et d'autres qui ont été assimilés à cette culture et à cette langue. En ce sens, le terme désigne principalement les Danois , les Norvégiens et les Suédois , ainsi que les descendants de colons scandinaves tels que les Islandais et les Féroïens . Le terme est fréquemment utilisé dans ce sens ethnique, comme synonyme des descendants modernes des Scandinaves, dans les études de linguistique et de culture. [43]

En tant que démonyme

De plus, le terme scandinave est utilisé de manière démonymique pour désigner tous les habitants ou citoyens modernes des pays scandinaves. En Scandinavie, le terme démonymique fait principalement référence aux habitants ou aux citoyens du Danemark, de la Norvège et de la Suède. En anglais, les habitants ou les citoyens d'Islande, les îles Féroé et la Finlande sont parfois également inclus. Les dictionnaires généraux anglais définissent souvent le nom scandinave de manière démonymique comme signifiant n'importe quel habitant de la Scandinavie (qui pourrait être étroitement ou largement conçu). [44] [45] [46] Il existe une certaine ambiguïté et une contestation politique quant à savoir quels peuples devraient être qualifiés de scandinaves dans ce sens plus large. Peuple samiqui vivent en Norvège et en Suède sont généralement considérés comme des Scandinaves au sens démonymique; le Sami de Finlande peut être inclus dans l'usage anglais, mais généralement pas dans l'usage local; les Samis de Russie ne sont pas inclus. Cependant, l'utilisation du terme «scandinave» en référence aux Samis est compliquée par les tentatives historiques des peuples et des gouvernements à majorité scandinave en Norvège et en Suède d'assimiler le peuple sami.dans la culture et les langues scandinaves, ce qui rend l'inclusion des Samis comme «scandinaves» controversée parmi de nombreux Samis. Les politiciens et les organisations sâmes modernes insistent souvent sur le statut des Samis en tant que peuple séparé et égal aux Scandinaves, avec leur propre langue et culture, et craignent d'être inclus en tant que «Scandinaves» à la lumière des politiques d'assimilation scandinaves antérieures. [47] [48]

Langues en Scandinavie [ modifier ]

Deux groupes linguistiques coexistent dans la péninsule scandinave depuis la préhistoire: les langues germaniques du nord (langues scandinaves) et les langues sami . [49]

La majorité de la population scandinave (y compris l'Islande et les îles Féroé) tire aujourd'hui sa langue de plusieurs tribus germaniques du nord qui habitaient autrefois le sud de la Scandinavie et parlaient une langue germanique qui a évolué vers le vieux norrois et du vieux norrois vers le danois, le suédois. , Norvégien, féroïen et islandais. Les langues danoise , norvégienne et suédoise forment un continuum dialectal et sont connues sous le nom de langues scandinaves - qui sont toutes considérées comme mutuellement intelligibles les unes avec les autres. Féroïen et islandais, parfois appelées langues scandinaves insulaires, ne sont intelligibles dans les langues scandinaves continentales que dans une mesure limitée.

Une petite minorité de Scandinaves sont des Samis , concentrés dans l'extrême nord de la Scandinavie.

La Finlande (parfois incluse en Scandinavie dans l'usage de l'anglais) est principalement peuplée de locuteurs de finnois , avec une minorité d'environ 5% [50] de locuteurs de suédois . Cependant, le finnois est également parlé en tant que langue minoritaire reconnue en Suède, y compris dans des variétés distinctives parfois appelées meänkieli . Le finnois est lointainement lié aux langues sami , mais celles-ci ont une origine entièrement différente des langues scandinaves.

L'allemand (au Danemark), le yiddish et le romani sont des langues minoritaires reconnues dans certaines parties de la Scandinavie. Des migrations plus récentes ont ajouté encore plus de langues. Outre le sâme et les langues des groupes minoritaires parlant une variante de la langue majoritaire d'un État voisin, les langues minoritaires suivantes en Scandinavie sont protégées par la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires : le yiddish , le romani chib / romani et le romani .

Langues germaniques du Nord [ modifier ]

Langues scandinaves continentales:
  danois
  norvégien
  suédois
Langues scandinaves insulaires:
  Féroïen
  islandais

Les langues germaniques du nord de la Scandinavie sont traditionnellement divisées en une branche scandinave orientale ( danois et suédois ) et une branche scandinave occidentale ( norvégien , islandais et féroïen ), [51] [52] mais à cause des changements apparaissant dans les langues depuis 1600 l'Est Les branches scandinaves et scandinaves occidentales sont maintenant généralement reconfigurées en scandinave insulaire ( ö-nordisk / øy-nordisk ) avec islandais et féroïen [53] et scandinave continental ( Skandinavisk), comprenant le danois, le norvégien et le suédois. [54]

La division moderne est basée sur le degré de compréhension mutuelle entre les langues des deux branches. [55] Les populations des pays scandinaves, avec des racines scandinaves communes dans la langue, peuvent - au moins avec une certaine formation - comprendre les langues standard de l'autre telles qu'elles apparaissent dans la presse et sont entendues à la radio et à la télévision.

La raison pour laquelle le danois, le suédois et les deux versions écrites officielles du norvégien ( nynorsk et bokmål ) sont traditionnellement considérés comme des langues différentes, plutôt que des dialectes d'une seule langue commune, est que chacune est une langue standard bien établie dans son pays respectif.

Depuis l'époque médiévale, le danois, le suédois et le norvégien ont été influencés à des degrés divers par le moyen bas allemand et l'allemand standard. Cette influence venait non seulement de la proximité, mais aussi de la domination du Danemark et plus tard du Danemark-Norvège sur la région germanophone de Holstein, et de la Suède avec ses échanges étroits avec la Ligue hanséatique .

Les Norvégiens sont habitués à la variation et peuvent percevoir le danois et le suédois uniquement comme des dialectes légèrement plus éloignés. C'est parce qu'ils ont deux normes écrites officielles, en plus de l'habitude de se tenir fermement aux dialectes locaux. Les habitants de Stockholm , de Suède et de Copenhague , au Danemark, ont les plus grandes difficultés à comprendre les autres langues scandinaves. [56] Aux îles Féroé et en Islande, l'apprentissage du danois est obligatoire. Cela amène les Féringiens ainsi que les Islandais à devenir bilingues dans deux langues germaniques du nord très distinctes, ce qui leur permet de comprendre relativement facilement les deux autres langues scandinaves continentales. [57] [58]

Bien que l'Islande ait été sous le contrôle politique du Danemark jusqu'à une date beaucoup plus tardive (1918), très peu d'influence et d'emprunts au danois ont eu lieu dans la langue islandaise. [59] L' islandais est resté la langue préférée parmi les classes dirigeantes en Islande. Le danois n'était pas utilisé pour les communications officielles, la plupart des fonctionnaires royaux étaient d'origine islandaise et la langue de l'église et du palais de justice restait islandaise. [60]

Finnois [ modifier ]

Distribution historiquement vérifiée des langues sami ( légende )

Les langues scandinaves sont (en tant que famille de langues) sans rapport avec le finnois , l' estonien et le sami , qui, en tant que langues ouraliennes, sont éloignés du hongrois . En raison de la proximité, il y a encore beaucoup d'emprunts aux langues suédoise et norvégienne en finnois et en sami. [61] La longue histoire de l'influence linguistique du suédois sur le finnois est également due au fait que le finnois, la langue de la majorité en Finlande, était traité comme une langue minoritaire alors que la Finlande faisait partie de la Suède. Les locuteurs de finnois devaient apprendre le suédois pour accéder à des postes plus élevés. [62]Le suédois parlé dans la Finlande d'aujourd'hui comprend beaucoup de mots empruntés au finnois, alors que la langue écrite reste plus proche de celle de la Suède.

La Finlande est officiellement bilingue, le finnois et le suédois ayant pour la plupart le même statut au niveau national. La population majoritaire de la Finlande est constituée de Finlandais , dont la langue maternelle est le finnois (environ 95%), le suédois ou les deux. Les suédophones vivent principalement sur le littoral à partir d'environ la ville de Porvoo (dans le golfe de Finlande) jusqu'à la ville de Kokkola (dans la baie de Botnie). Les îles Åland, province autonome de Finlande située dans la mer Baltique entre la Finlande et la Suède, sont entièrement suédophones. Les enfants apprennent l'autre langue officielle à l'école: pour les suédophones, il s'agit du finnois (généralement à partir de la 3e année), tandis que pour les locuteurs de finnois, c'est le suédois (généralement à partir de la 3e, 5e ou 7e année). [la citation nécessaire ] [63]

Les locuteurs de finnois constituent une minorité linguistique en Suède et en Norvège. Meänkieli et Kven sont des dialectes finlandais parlés en Laponie suédoise et en Laponie norvégienne .

Langues sâmes [ modifier ]

Les langues sâmes sont des langues minoritaires indigènes en Scandinavie. [64] Ils appartiennent à leur propre branche de la famille des langues ouraliennes et ne sont pas liés aux langues germaniques du Nord autrement que par des caractéristiques grammaticales limitées (particulièrement lexicales) résultant d'un contact prolongé. [61] Le sami est divisé en plusieurs langues ou dialectes. [65] La gradation de la consonne est une caractéristique dans les dialectes finlandais et sami du nord, mais elle n'est pas présente dans le sud Sami, qui est considéré comme ayant une histoire de langue différente. Selon le Centre d'information sami du Parlement samien Suède, le sud des Samis peut avoir pour origine une migration antérieure du sud vers la péninsule scandinave. [61]

Histoire [ modifier ]

Descriptions anciennes [ modifier ]

Une description ancienne clé de la Scandinavie a été fournie par Pline l'Ancien , bien que ses mentions de la Scatinavia et des environs ne soient pas toujours faciles à déchiffrer. Écrivant en qualité d'amiral romain, il introduit la région du nord en déclarant à ses lecteurs romains qu'il y a 23 îles "Romanis armis cognitae" ("connues des bras romains") dans cette région. Selon Pline, la «clarissima» («la plus célèbre») des îles de la région est la Scatinavia , de taille inconnue. Là vivent les Hilleviones . La croyance que la Scandinavie était une île s'est répandue parmi les auteurs classiques au cours du premier siècle et a dominé les descriptions de la Scandinavie dans les textes classiques au cours des siècles qui ont suivi.

Pline commence sa description de la route de Scatinavia en se référant à la montagne de Saevo ("mons Saevo ibi"), à la baie de Codanus ("Codanus sinus") et au promontoire de Cimbrian. [66] Les caractéristiques géographiques ont été identifiées de diverses manières. Selon certains chercheurs, Saevo serait la côte montagneuse norvégienne à l'entrée du Skagerrak et la péninsule de Cimbrian serait Skagen , la pointe nord du Jutland , au Danemark. Comme décrit, Saevo et Scatinavia peuvent également être au même endroit.

Pline mentionne une fois de plus la Scandinavie: dans le livre VIII, il dit que l'animal appelé achlis (donné à l'accusatif, achlin , qui n'est pas latin) est né sur l'île de Scandinavie. [67] L'animal broute, a une grande lèvre supérieure et quelques attributs mythiques.

Le nom Scandia , plus tard utilisé comme synonyme de Scandinavie , apparaît également dans Naturalis Historia ( Natural History ) de Pline , mais est utilisé pour un groupe d'îles d'Europe du Nord qu'il localise au nord de la Bretagne . La Scandia ne semble donc pas désigner l'île de Scadinavia dans le texte de Pline. L'idée que la Scadinavie aurait pu être l'une des îles scandinaves a plutôt été introduite par Ptolémée (vers 90 - vers 168 après JC), un mathématicien, géographe et astrologue de l'Égypte romaine. Il a utilisé le nom Skandia pour le plus grand, le plus à l'est des trois Scandiaiîles, qui selon lui étaient toutes situées à l'est du Jutland . [11]

Ni les listes de Pline ni de Ptolémée des tribus scandinaves n'incluent les Suiones mentionnés par Tacitus. Certains premiers érudits suédois de l' école hyperboréenne suédoise [68] et de la période du nationalisme romantique du dix-neuvième siècle ont procédé à la synthèse des différentes versions en insérant des références aux Suiones, arguant qu'ils devaient être mentionnés dans les textes originaux et obscurcis au fil du temps. par des fautes d'orthographe ou diverses altérations. [69] [70]

Le Moyen Age [ modifier ]

Au cours d'une période de christianisation et de formation de l'État aux Xe et XIIIe siècles, de nombreux petits royaumes et chefferies germaniques ont été unifiés en trois royaumes:

  • Danemark, forgé à partir des terres du Danemark (y compris le Jutland , la Zélande et la Scanie (Skåneland) dans la péninsule scandinave) [71]
  • Suède, forgée à partir des terres de Suède sur la péninsule scandinave (à l'exclusion des provinces de Bohuslän , Härjedalen , Jämtland et Idre et Särna , Halland , Blekinge et Scania de la Suède moderne, mais y compris la plupart de la Finlande moderne)
  • Norvège (y compris Bohuslän, Härjedalen, Jämtland et Idre et Särna sur la péninsule scandinave et ses colonies insulaires Islande, Groenland, îles Féroé, Shetland , Orkney , île de Man et les Hébrides )

Les trois royaumes scandinaves se sont joints en 1387 dans l' Union de Kalmar sous la reine Marguerite I du Danemark . La Suède a quitté l'union en 1523 sous le roi Gustav Vasa . Au lendemain de la sécession de la Suède de l'Union de Kalmar, la guerre civile a éclaté au Danemark et en Norvège - la Réforme protestante a suivi. Une fois les choses réglées, le Conseil privé norvégien fut aboli - il s'assembla pour la dernière fois en 1537. Une union personnelle , conclue par les royaumes de Danemark et de Norvège en 1536, dura jusqu'en 1814. Trois États souverains successeurs en sont sortis par la suite. union inégale: Danemark, Norvège et Islande.

Les frontières entre les trois pays ont pris la forme qu'elles avaient depuis le milieu du XVIIe siècle: dans le traité de Brömsebro de 1645 , le Danemark-Norvège a cédé les provinces norvégiennes de Jämtland, Härjedalen et Idre et Särna, ainsi que la mer Baltique îles de Gotland et Ösel (en Estonie) à la Suède. Le traité de Roskilde , signé en 1658, contraint le Danemark-Norvège à céder à la Suède les provinces danoises Scania, Blekinge, Halland, Bornholm et les provinces norvégiennes de Båhuslen et Trøndelag . Le traité de Copenhague de 1660contraint la Suède à renvoyer Bornholm et Trøndelag au Danemark-Norvège et à renoncer à ses récentes revendications sur l'île de Fionie . [72]

À l'est, la Finlande faisait partie intégrante de la Suède depuis l'époque médiévale jusqu'aux guerres napoléoniennes, lorsqu'elle a été cédée à la Russie. Malgré de nombreuses guerres au fil des ans depuis la formation des trois royaumes, la Scandinavie a été politiquement et culturellement proche. [ citation nécessaire ]

Syndicats scandinaves [ modifier ]

L' Union de Kalmar ( vers  1400 )

Le nom historiographique Danemark-Norvège fait référence à l'ancienne union politique constituée des royaumes du Danemark et de Norvège, y compris les dépendances norvégiennes de l'Islande, du Groenland et des îles Féroé. L'adjectif et le démonyme correspondants est le dano-norvégien . Pendant la domination danoise, la Norvège a conservé ses lois, sa monnaie et son armée distinctes ainsi que certaines institutions telles qu'un chancelier royal . L'ancienne lignée royale norvégienne s'était éteinte avec la mort d' Olav IV [73] en 1387, mais le reste de la Norvège, un royaume héréditaire, est devenu un facteur important pour la dynastie Oldenburg du Danemark-Norvège dans ses luttes pour gagner les élections en tant que rois du Danemark.

Le traité de Kiel (14 janvier 1814) dissout formellement l'union dano-norvégienne et cède le territoire de la Norvège propre au roi de Suède, mais le Danemark conserve les possessions d'outre-mer de la Norvège. Cependant, la résistance norvégienne généralisée à la perspective d'une union avec la Suède incita le gouverneur de Norvège, le prince héritier Christian Frederick (plus tard Christian VIII du Danemark ), à convoquer une assemblée constituante à Eidsvoll en avril 1814. L'assemblée rédigea une constitution libérale et a élu Christian Frederick au trône de Norvège. Suite à une invasion suédoise pendant l'été, les conditions de paix de la Convention de Moss(14 août 1814) précisa que le roi Christian Frederik devait démissionner, mais que la Norvège conserverait son indépendance et sa constitution dans le cadre d'une union personnelle avec la Suède. Christian Frederik abdiqua officiellement le 10 août 1814 et retourna au Danemark. Le parlement norvégien Storting a élu le roi Charles XIII de Suède roi de Norvège le 4 novembre.

Le Storting a dissous l' union entre la Suède et la Norvège en 1905, après quoi les Norvégiens ont élu le prince Charles de Danemark comme roi de Norvège: il a régné en tant que Haakon VII .

Économie [ modifier ]

Les économies des pays scandinaves sont parmi les plus fortes d'Europe. [74] Il existe un système de protection sociale généreux en Suède, au Danemark, en Norvège et en Finlande. [75]

Tourisme [ modifier ]

Diverses agences de promotion des pays nordiques aux États-Unis (comme la American-Scandinavian Foundation , créée en 1910 par l' industriel danois américain Niels Poulsen) servent à promouvoir les intérêts commerciaux et touristiques de la région. Aujourd'hui, les cinq chefs d'État nordiques agissent en tant que mécènes de l'organisation et, selon la déclaration officielle de l'organisation, sa mission est de "promouvoir la région nordique dans son ensemble tout en augmentant la visibilité du Danemark, de la Finlande, de l'Islande, de la Norvège et de la Suède en Nouvelle York et les États-Unis ". [76] Les offices de tourisme officiels de la Scandinavie coopèrent parfois sous un même parapluie, tel que l' Office du tourisme scandinave . [77]La coopération a été introduite pour le marché asiatique en 1986, lorsque l'office national du tourisme suédois a rejoint l'office national du tourisme danois pour coordonner la promotion intergouvernementale des deux pays. Le gouvernement norvégien est entré un an plus tard. Les cinq gouvernements nordiques participent aux efforts de promotion conjoints aux États-Unis par le biais du Scandinavian Tourist Board of North America. [78]

Voir aussi [ modifier ]

Notes [ modifier ]

  1. ^ un b "Scandinavie" . Encyclopædia Britannica . 2009 . Récupéré le 28 octobre 2009 . La Scandinavie, historiquement la Scandinavie, faisant partie de l'Europe du Nord , était généralement considérée comme constituée des deux pays de la péninsule scandinave, la Norvège et la Suède, avec l'ajout du Danemark. Certaines autorités plaident en faveur de l'inclusion de la Finlande pour des raisons géologiques et économiques et de l'Islande et des îles Féroé au motif que leurs habitants parlent des langues scandinaves apparentées à celles de la Norvège et de la Suède et ont également des cultures similaires.
  2. ^ Danois , suédois et archaïque (Dano-) norvégien: Skandinavien , norvégien , féroïen et finnois : Skandinavia , islandais : Skandinavía , Sami : Skadesi-suolu / Skađsuâl

Références [ modifier ]

  1. ^ "Langues" . Coopération nordique. Archivé de l'original le 5 juillet 2017 . Récupéré le 8 juillet 2017 .
  2. ^ Landes, David (1er juillet 2009). « Suédois devient « langue principale officielle » » . Le local (Se) . Récupéré le 8 juillet 2017 .
  3. ^ un b "Définition de la Scandinavie en anglais" . Dictionnaires d'Oxford . Récupéré le 23 décembre 2016 . Une grande péninsule du nord-ouest de l'Europe, occupée par la Norvège et la Suède… Une région culturelle composée des pays de la Norvège, de la Suède et du Danemark et parfois aussi de l'Islande, de la Finlande et des îles Féroé
  4. ^ John Harrison, Michael Hoyler , Megaregions: la nouvelle forme urbaine de la mondialisation? (p. 152), Edward Elgar Publishing , 2015
  5. ^ A b c « Informations sur la région nordique » . Conseil nordique des ministres et Conseil nordique. 1er octobre 2007. Archivé de l'original le 8 février 2018 . Récupéré le 25 mars 2014 . Le Danemark, la Finlande, l'Islande, la Norvège, la Suède et les îles Féroé, le Groenland et Åland travaillent ensemble dans le cadre de la coopération nordique officielle.
  6. ^ Battaglia, Steven M. (2 janvier 2019). "Les modèles de temps changeants dans un arctique de réchauffement: le cas de Scandes". Weatherwise . 72 (1): 23–29. doi : 10.1080 / 00431672.2019.1538761 .
  7. ^ Högsta uppmätta temperature i Sverige Archivé le 26 août 2010 à la Wayback Machine
  8. ^ a b Lägsta uppmätta temperature i Sverige Archivé le 28 décembre 2008 à la Wayback Machine
  9. ^ Anderson, Carl Edlund (1999). Formation et résolution du contraste idéologique dans l'histoire ancienne de la Scandinavie . Thèse de doctorat, Département anglo-saxon, nordique et celtique (Faculté d'anglais), Université de Cambridge, 1999.
  10. ^ Haugen, Einar (1976). Les langues scandinaves: une introduction à leur histoire. Cambridge, Massachusetts: Harvard University Press, 1976.
  11. ^ A b c Knut Helle (2003). L'histoire de Cambridge de la Scandinavie: la préhistoire à 1520 . La presse de l'Universite de Cambridge. ISBN 978-0-521-47299-9.
  12. ^ John McKinnell (2005). Rencontre avec l'autre dans le mythe et la légende nordiques . Ds Brewer. p. 63. ISBN 978-1-84384-042-8.
  13. ^ un b J. F. Del Giorgio (24 mai 2006). Les Européens les plus âgés: qui sommes-nous? D'où venons-nous? Qu'est-ce qui a rendu les femmes européennes différentes? . AJ Place. ISBN 978-980-6898-00-4.
  14. ^ Uścinowicz, Szymon (2003). "Comment la mer Baltique changeait" Archivé le 12 décembre 2007 à la Wayback Machine . Marine Geology Branch, Polish Geological Institute, 9 juin 2003. Récupéré le 13 janvier 2008.
  15. ^ Jordanes (traduit par Charles C. Mierow ), Les origines et les actes des Goths ,22 Avril 1997
  16. ^ Hoppenbrouwers, Peter (2005). Peuples médiévaux imaginés . Document de travail n ° 3, Département des études européennes, Université d'Amsterdam, ISSN 1871-1693 , p. 8: «Une deuxième zone centrale était la quasi-légendaire« île de Scanza », vague indication de la Scandinavie dans l'ethnographie classique, et véritable« ruche de races et ventre de peuples »selon l'histoire gothique de Jordanes. On considérait que les Goths étaient originaires de là-bas, mais aussi les Daces / Danois, les Lombards et les Bourguignons - des revendications qui sont encore sujettes à débat. " 
  17. ^ Goffart, Walter (2005), "Getica de Jordanes et l'authenticité contestée des origines gothiques de Scandinavie". Spéculum . A Journal of Medieval Studies 80, 379–98
  18. ^ Paulus Diaconus , Historia Langobardorum , Bibliotheca Ausustana
  19. ^ Histoire des Langobards , Fondation Northvegr Archivé le 6 avril 2010 à la Wayback Machine
  20. ^ Erik Björkman (1973). Studien zur englischen Philologie . Max Niemeyer. p. 99. ISBN 978-3-500-28470-5.
  21. ^ un b Richard North (1997). Dieux païens dans la vieille littérature anglaise . La presse de l'Universite de Cambridge. p. 192. ISBN 978-0-521-55183-0.
  22. ^ Svennung, J. (1963). Scandinavie et Scandinavie. Lateinisch-nordische Namenstudien. Almqvist et Wiksell / Harrassowitz, 1963, pp. 54-56.
  23. ^ Mundel, E. (2000). " Coexistence de la culture sami et nordique - reflétée et interprétée par les mythes du vieux norrois " Coexistence de la culture saami et nordique - reflétée et interprétée par les mythes du vieux norrois Université de Bergen, 11e conférence Saga Sydney 2000
  24. ^ Steinsland, Gro (1991). Det hellige bryllup og norrøn kongeideologi. En analyser av hierogami-myten i Skírnismál, Ynglingatal, Háleygjatal et Hyndluljóð . Oslo: Solum, 1991. (En norvégien).
  25. ^ Aikio, A. (2004). " Un essai sur les études de substrat et l'origine du Saami ". In Etymologie, Entlehnungen und Entwicklungen: Festschrift für Jorma Koivulehto zum 70. Geburtstag. Mémoires de la Société Néophilologique d'Helsinki 63 , Eds. Irma Hyvärinen / Petri Kallio / Jarmo Korhonen, Helsinki, pp. 5–34 (p. 14: «Sur la base des emprunts scandinaves, on peut déduire que sk- et -ʃ- ont été adoptés à l'ouest au début du développement séparé. des langues sami, mais ne se sont jamais propagées au kola saami. Ces caractéristiques aréolaires ont ainsi émergé dans une phase où les proto-saami ont commencé à diverger en dialectes anticipant les langues samis modernes. ")
  26. ^ un b Østergård, Uffe (1997). "La géopolitique de l'identité nordique - Des États composites aux États-nations". La construction culturelle de Norden . Øystein Sørensen et Bo Stråth (éd.), Oslo: Scandinavian University Press 1997, 25–71. Également publié en ligne à l'Institut danois d'études internationales. Archivé le 14 novembre 2007 à la Wayback Machine . Pour l'histoire du scandinavisme culturel, voir les articles d'Oresundstid The Literary Scandinavism and The Roots of Scandinavism . Récupéré le 19 janvier 2007.
  27. ^ "Scandinavie" . Encyclopédie en ligne Microsoft Encarta . Microsoft Corporation . 1997–2007. Archivé de l'original le 28 octobre 2009 . Récupéré le 30 janvier 2007 . Scandinavie (ancienne Scandinavie), nom appliqué collectivement à trois pays du nord de l'Europe: la Norvège, la Suède (qui forment ensemble la péninsule scandinave) et le Danemark.
  28. ^ "Scandinavie" . Le dictionnaire en ligne Merriam-Webster . 2008 . Récupéré le 9 janvier 2008 . Scandinavie: Danemark, Norvège, Suède - parfois également considérés comme comprenant l'Islande, les îles Féroé et la Finlande.
  29. ^ « Scandinavie », Collins Cobuild .
  30. ^ ' Scandinavie, nom propre ', Lexico: Propulsé par Oxford .
  31. ^ « Scandinavie, nom géographique », Merriam Webster .
  32. ^ Knut Helle, « Introduction », dans The Cambridge History of Scandinavia, Volume I: Prehistory to 1520 , ed. par Knut Helle, EI Kouri et Jens E. Oleson (Cambridge: Cambridge University Press, 2003), pp. 1-14 (pp. 1-4).
  33. ^ "Scandinavie" . Encyclopædia Britannica . 2009 . Récupéré le 28 octobre 2009 . La Scandinavie, historiquement Scandinave, faisant partie de l'Europe du Nord, était généralement considérée comme constituée des deux pays de la péninsule scandinave, la Norvège et la Suède, avec l'ajout du Danemark. Certaines autorités plaident en faveur de l'inclusion de la Finlande pour des raisons géologiques et économiques et de l'Islande et des îles Féroé au motif que leurs habitants parlent des langues scandinaves apparentées à celles de la Norvège et de la Suède et ont également des cultures similaires.
  34. ^ Lonely Planet Europe scandinave . 2009.
  35. ^ Le guide approximatif de la Scandinavie . 2008.
  36. ^ "Site officiel de l'Office de tourisme scandinave de l'Amérique du Nord" . 2009 . Récupéré le 23 octobre 2008 .
  37. ^ Olwig, Kenneth R. "Introduction: La Nature du Patrimoine Culturel et la Culture du Patrimoine Naturel - Perspectives du Nord sur un Patrimoine Contesté". Journal international d'études du patrimoine , vol. 11, n ° 1, mars 2005, p. 3–7.
  38. ^ "La Finlande et l'Empire suédois" . Études de pays . Bibliothèque du Congrès des États-Unis. Récupéré le 25 novembre 2006.
  39. ^ "Introduction: Réflexions sur la Pensée Politique en Finlande." Éditorial. Redescriptions, Yearbook of Political Thought and Conceptual History , 1997, Volume 1, University of Jyväskylä, pp. 6-7: «[L] a opposition populiste à la fois à la Suède en tant qu'ancien pays impérial et en particulier au suédois comme langue de l'étroit L'establishment finlandais a également été fort, en particulier dans l'entre-deux-guerres. [...] La Finlande, en tant qu'État-nation unitaire et homogène, a été [...] construite en opposition aux modèles impériaux de la Suède et de la Russie. "
  40. ^ "La montée du nationalisme finlandais" . Études de pays . Bibliothèque du Congrès des États-Unis. Récupéré le 25 novembre 2006: «Le XVIIIe siècle avait été témoin de l'apparition d'un [...] sentiment d'identité nationale pour le peuple finlandais, [...] expression des doutes croissants des Finlandais sur la domination suédoise [...] La conscience de soi ethnique des locuteurs de finnois a été considérablement stimulée par la conquête russe de la Finlande en 1809, car la fin de la connexion avec la Suède a forcé les Finlandais à se définir par rapport aux Russes. "
  41. ^ Rédacteurs et conseil d'administration , redescriptions, Annuaire de la pensée politique et de l'histoire conceptuelle
  42. ^ " Fennoscandia, n. ", Dictionnaire anglais d'Oxford en ligne , 2ème édn (Oxford: Oxford University Press, décembre 2019). Consulté le 10 février 2020.
  43. ^ Kennedy, Arthur Garfield (1963). "La Famille des Langues Indo-Européennes" . Dans Lee, Donald Woodward (éd.). Lecteur de langue anglaise: essais et exercices d'introduction . Dodd, Mead . Les peuples nord-germaniques, scandinaves ou nordiques, comme on les appelle diversement, sont devenus un peuple distinctif ...; Spaeth, John Duncan Ernst (1921). Vieille poésie anglaise . Presses universitaires de Princeton . Les principales divisions du germanique sont: 1. Germanique de l'Est, y compris les Goths, les Ostrogoths et les Wisigoths. 2. Germanique du Nord, y compris les Scandinaves, les Danois, les Islandais, les Suédois, les «Norsemen». 3. Germanique occidentale. Les vieux anglais (anglo-saxons) appartiennent à cette division, dont les représentants continentaux sont les peuples teutoniques, les hauts et les bas francs et les Saxons, les Alamans, etc.; Thompson, Stith (1995). Notre patrimoine de la littérature mondiale . Cordon Company. ISBN 978-0809310913. Le groupe nord-germanique, ou scandinave, se compose des Norvégiens, des Danois, des Suédois et des Islandais.; Gordon, Eric Valentine ; Taylor, AR (1962). Une introduction au vieux norrois . Clarendon Press . Le norrois était la langue parlée par les peuples germaniques du nord (scandinaves) à partir du moment où le nordique s'est différencié pour la première fois du discours des autres peuples germaniques.; Ränk, Gustav (1976). Vieille Estonie, les gens et la culture . Université de l'Indiana . Les contacts ne sont pas impossibles également avec les peuples germaniques du Nord, c'est-à-dire avec les Scandinaves directement de l'autre côté de la mer ...; Barbour, Stephen; Stevenson, Patrick (1990). Variation en allemand: une approche critique de la sociolinguistique allemande . Cambridge University Press . ISBN 978-0521357043. Pour la période où l'existence des tribus germaniques est clairement enregistrée pour la première fois par les écrivains romains, les preuves archéologiques suggèrent cinq groupes tribaux, avec peut-être cinq langues germaniques distinctes naissantes, comme suit: (1) Tribus germaniques du Nord (Scandinaves) ...; Diringer, David (1948). L'alphabet: une clé de l'histoire de l'humanité . Bibliothèque philosophique . Le «vieux norrois» était parlé par les peuples germaniques du nord ou scandinaves; Bolling, George Melville ; Bloch, Bernard (1968). Langue . Société linguistique d'Amérique . Les peuples germaniques du Nord, c'est-à-dire les Scandinaves ...; Jones, Gwyn (2001). Une histoire des Vikings . Presse d'université d'Oxford . ISBN 978-0192801340. Peuples nord-germaniques (scandinaves) ....
  44. ^ « Scandinave, nom », Lexico: Propulsé par Oxford .
  45. ^ « Nom scandinave », Merriam-Webster .
  46. ^ « Scandinave 2. nom dénombrable », Collins Cobuild .
  47. ^ Mathisen, Stein R. 2004. "Identités ethniques dans les discours globaux et locaux: récits contestés du patrimoine ethnique sami". Dans Identité culturelle en transition: conditions, pratiques et politiques contemporaines d'un phénomène mondial. Edité par Jari Kupiainen, Erkki Sevänen, John A. Stotesbury. Atlantique.
  48. ^ Birgitta Jahreskog, La minorité nationale sami en Suède, Rättsfonden, 2009, ISBN 9780391026872 
  49. ^ Dirmid RF Collis (1990). Langues arctiques: un réveil . Unipub. p. 440. ISBN 978-92-3-102661-4.
  50. ^ "Population" .
  51. ^ Aschehoug og Gyldendals store norske leksikon: Nar - Pd . 1999. ISBN 978-82-573-0703-5.
  52. ^ Gordon, Raymond G., Jr. (éd.), 2005. Ethnologue: Langues du monde, quinzième édition. Dallas, Texas: SIL International
  53. ^ Jónsson, Jóhannes Gísli et Thórhallur Eythórsson (2004). "Variation dans le marquage de cas de sujet en scandinave insulaire" . Journal nordique de linguistique (2005), 28: 223–245 Cambridge University Press. Récupéré le 9 novembre 2007.
  54. ^ Bernd Heine; Tania Kuteva (2006). Les langues changeantes de l'Europe . Oxford University Press, États-Unis. ISBN 978-0-19-929734-4.
  55. ^ Iben Stampe Sletten; Nordisk Ministerråd (2005). Nordens sprog med rødder og fødder . p. 2. ISBN 978-92-893-1041-3.
  56. ^ "Les malentendus urbains" , le Conseil nordique et le Conseil nordique des ministres, Copenhague.
  57. ^ Les Féroïens et les Norvégiens sont les mieux placés pour comprendre les voisins nordiques , Nordisk Sprogråd , Conseil nordique, 13 janvier 2005.
  58. ^ Aðalnámskrá grunnskóla: Erlend tungumál , ISMennt, EAN, 1999.
  59. ^ Holmarsdottir, HB (2001). "L'islandais: une langue moins utilisée dans la communauté mondiale". Revue internationale de l'éducation / Internationale Zeitschrift Fr Erziehungswissenschaft / Revue Inter . 47 (3/4): 379. Bibcode : 2001IREdu..47..379H . doi : 10.1023 / A: 1017918213388 .
  60. ^ Hálfdanarson, Guðmundur. Nationalisme islandais: un paradigme non violent? Archivé le 1er octobre 2008 à la Wayback Machine In Nations and Nationalities in Historical Perspective . Pise: Edizioni Plus, 2001, p. 3.
  61. ^ A b c Inez Svonni Fjällström (2006). "Un langage aux racines profondes" Archivé le 5 octobre 2007 à la Wayback Machine . Sápmi: Histoire de la langue , 14 novembre 2006. Samiskt Informationscentrum Sametinget: "Les langues scandinaves sont des langues germaniques du nord. [...] Le sami appartient à la famille des langues finno-ougriennes. Le finnois, l'estonien, le livonien et le hongrois appartiennent à la même famille linguistique. et sont par conséquent liés les uns aux autres. "
  62. ^ Suzanne Romaine (1995). Bilinguisme . Wiley-Blackwell. p. 323. ISBN 978-0-631-19539-9.
  63. ^ Institute, Mercator (5 novembre 2020). "La langue suédoise dans l'éducation en Finlande" (PDF) .
  64. ^ Oskar Bandle (mars 2005). Les langues nordiques: un manuel international de l'histoire des langues germaniques du Nord . Walter de Gruyter. p. 2115. ISBN 978-3-11-017149-5.
  65. ^ www.eng.samer.se - Les dialectes sami Archivé le 20 janvier 2009 à la Wayback Machine Sapmi: Les dialectes sami
  66. ^ Pline l'Ancien. Naturalis Historia . Livre IV, chapitre XXXIX . Ed. Karl Friedrich Theodor Mayhoff. Version en ligne chez Persus. Récupéré le 2 octobre 2007.
  67. ^ Pline l'Ancien. Naturalis Historia . Livre VIII, chapitre XVII . Ed. Karl Friedrich Theodor Mayhoff. Version en ligne chez Persus. Récupéré le 2 octobre 2007.
  68. ^ Oskar Bandle (2002). Les langues nordiques: un manuel international de l'histoire des langues germaniques du Nord . Mouton De Gruyter. p. 358. ISBN 978-3-11-014876-3.
  69. ^ Malone, Kemp (1924). "Skandia de Ptolémée". L'American Journal of Philology , Vol. 45, n ° 4. (1924), pp. 362–70.
  70. ^ Stadius, Peter (2001). «Perspectives du sud sur le nord: légendes, stéréotypes, images et modèles» Archivé le 25 octobre 2007 à la Wayback Machine . BaltSeaNet Working Paper 3, The Baltic Sea Area Studies, Gdansk / Berlin, 2001. Version en ligne récupérée le 2 octobre 2007.
  71. ^ Oskar Bandle (2002). Les langues nordiques: un manuel international de l'histoire des langues germaniques du Nord . Mouton De Gruyter. ISBN 978-3-11-014876-3.
  72. ^ "Traité de Copenhague" (2006). Dans Encyclopædia Britannica. Extrait le 9 novembre 2006 de l'Encyclopædia Britannica Online.
  73. ^ La monarchie: Contexte historique [ lien mort permanent ] . La maison royale de Norvège. Site officiel. Récupéré le 9 novembre 2006. [ lien mort ]
  74. ^ "PIB Classé par Pays 2020" . worldpopulationreview.com . Récupéré le 28 janvier 2020 .
  75. ^ McWhinney, James. "Le modèle nordique: avantages et inconvénients" . Investopedia . Récupéré le 28 janvier 2020 .
  76. ^ À propos de la Fondation américano-scandinave . Site officiel. Récupéré le 2 février 2007.
  77. ^ Office de tourisme scandinave . Site officiel. Archivé le 17 janvier 2008 à la Wayback Machine
  78. ^ L'Office de tourisme scandinave de l'Amérique du Nord . Site officiel. Récupéré le 2 février 2007.

Pour en savoir plus [ modifier ]

Historique [ modifier ]

  • Barton, H. Arnold. La Scandinavie à l'ère révolutionnaire: 1760-1815 (U of Minnesota Press, 1986) examen en ligne
  • Derry, TK Une histoire de la Scandinavie: Norvège, Suède, Danemark, Finlande, Islande (George Allen & Unwin, 1979). examen en ligne
  • Helle, Knut, éd. L'histoire de Cambridge en Scandinavie. Volume 1, Préhistoire à 1520 (Cambridge UP, 2003).
  • Mikkelsen, Flemming, Knut Kjeldstadli et Stefan Nyzell, éds. Lutte populaire et démocratie en Scandinavie: de 1700 à aujourd'hui (Springer, 2017).
  • Nissen, Henrik S. éd. Revue en ligne de la Scandinavie pendant la Seconde Guerre mondiale (1983)
  • Nordstrom, Byron J. Scandinavia depuis 1500 (U of Minnesota Press, 2000).
  • Pulsiano, Phillip et Paul Leonard Acker. Scandinavie médiévale: une encyclopédie (Taylor et Francis, 1993).
  • Saumon, Patrick. La Scandinavie et les grandes puissances 1890-1940 (Cambridge UP, 2002).
  • Sawyer, Birgit. Scandinavie médiévale: de la conversion à la réforme, vers 800-1500 (U of Minnesota Press, 1993).
  • Sawyer, Peter Hayes. Rois et vikings: Scandinavie et Europe 700-1100 après JC (1982)
  • Wilson, David Mackenzie et P. Foote. L'exploit Viking: la société et la culture de la Scandinavie du début du Moyen Âge (Sidgwick et Jackson, 1970).
  • Winroth, Anders. L'âge des Vikings (Princeton UP, 2016) extrait
  • Winroth, Anders. The Conversion of Scandinavia: Vikings, Merchants, and Missaries in the Remaking of Northern Europe (Yale UP, 2012). extrait

Récent [ modifier ]

  • Anderson, Jorgen et Jens Hoff, éds. Démocratie et citoyenneté en Scandinavie (Springer, 2001).
  • Bendixsen, Synnøve, Mary Bente Bringslid et Halvard Vike, éds. L'égalitarisme en Scandinavie: perspectives historiques et contemporaines (Springer, 2017).
  • Gallie, Duncan. «La qualité de vie au travail: la Scandinavie est-elle différente?». Revue européenne de sociologie 19.1 (2003): 61–79.
  • Green, Ken, Thorsteinn Sigurjónsson et Eivind Åsrum Skille, éds. Le sport en Scandinavie et dans les pays nordiques (Routledge, 2018).
  • Hilson, Mary. Le modèle nordique: la Scandinavie depuis 1945 (Reaktion books, 2008).
  • Ingebritsen, Christine. La Scandinavie dans la politique mondiale (Rowman et Littlefield, 2006).
  • Kröger, Teppo. «Le gouvernement local en Scandinavie: autonome ou intégré à l'État-providence?». dans Social Care Services (Routledge, 2019) p. 95-108.
  • Lappi-Seppälä, Tapio. «La politique pénale en Scandinavie». Crime and justice 36.1 (2007): 217-295.
  • Nestingen, Andrew. Crime and fantasy in Scandinavia: Fiction, film and social change (University of Washington Press, 2011).
  • Rogerson, Richard. «Fiscalité et travail de marché: la Scandinavie est-elle une valeur aberrante?». Théorie économique 32.1 (2007): 59–85. en ligne
  • Strand, Robert, R. Edward Freeman et Kai Hockerts. "Responsabilité sociale des entreprises et durabilité en Scandinavie: un aperçu." Journal of Business Ethics 127.1 (2015): 1-15 en ligne .

Liens externes [ modifier ]

  • "Scandinavie: Site Web Officiel des Offices de Tourisme Scandinaves en Amérique du Nord" . Offices du tourisme scandinaves en Amérique du Nord, Globescope Internet Services, Inc. 2005 . Récupéré le 5 septembre 2008 .
  • Conseil nordique - site officiel de coopération dans la région nordique
  • Nordregio - site créé par le Conseil nordique des ministres
  • vifanord - une bibliothèque numérique qui fournit des informations scientifiques sur les pays nordiques et baltes ainsi que sur la région baltique dans son ensemble
  • Expat Scandinavia - Site contenant des informations utiles pour les expatriés en Scandinavie.